STYLE PARENTAL ABSENT

Avez-vous déjà eu des journées effrénées ou rien ne peut vous faire ramener à l’essentiel, c’est-à-dire vos enfants? Il arrive parfois, et même souvent, que des priorités nous obligent à faire autre chose que de s’occuper des devoirs, de jouer, d’écouter l’ado avec ses sautes d’humeurs ou simplement d’être là, d’être présent. Oui ça peut arriver à tout le monde et les enfants le comprennent bien la plupart du temps, si le lien d’attachement est fort.

Pour ce genre de style parental, je vais encore me prendre en défaut pour expliquer ce qu’un enfant peut ressentir lorsqu’un des deux parents n’est pas présent pour lui.

Alors voilà, lorsque j’étais autoritaire avec mes enfants, mon style d’attachement envers eux était faible. Je ne jouais pas avec eux, j’étais souvent impatient, bref je ne m’occupais pas trop des affaires d’enfants comme on dit. Ce qui résulta que mes enfants ne voulaient simplement plus être à mes côtés. Bon, certains vont dire que j’ambitionne un peu pour ceux qui me connaissent, peut-être un peu! Cependant, si cette petite histoire ressemble un peu à ce que vous vivez, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles car tout changement fondé sur le bon vouloir est signe de bonheur à la fin, heureusement. Les enfants changent rapidement d’idées et surtout lorsqu’ils sentent qu’on s’occupe d’eux et qu’ils se sentent aimé. Pour ma part, cela a pris quelques temps mais j’y suis arrivé. Je les aime de tout cœur et eux aussi. Fiou! J’ai appris à me connaitre pour enfin les connaitre à leur tour, les apprécier et les aimer tels qu’ils sont.

CONSÉQUENCE NÉGATIVE ET POSITIVE

Quoiqu’il en soit les conséquences négatives sur l’enfant peuvent à court terme être très déplaisantes pour lui-même et pour l’entourage. Donc, de la tristesse, cette tristesse peut devenir de l’amertume pour ensuite devenir des comportements déplaisants. Il peut même prendre la place de l’adulte dans certaines occasions pour remplacer le parent absent. Il peut continuer d’agir de la sorte même en présence de ce parent, convaincue qu’il détient l’autorité dans la maison. De plus, une blessure d’abandon pourrait se développer. Ayant été privé de l’essentiel plus jeune, comme l’affection ou l’amour d’un proche. Un sentiment de vide pourrait aussi se développer et ressentir plus tard un désir de prendre, de consommer ce que ses besoins non comblés lui souffleront (nourriture, drogue, livre, sexe, etc.).

D’un point de vue plus positif, un enfant peut développer sa débrouillardise plus vite qu’un autre et ainsi parvenir à la vie adulte avec des outils qu’il aura peaufiné au fil des ans, par lui-même, faute d’avoir eu l’encadrement désiré.

POINT DE VUE COACHING

Somme toute, un style parental absent veut simplement dire que nos priorités ne sont peut-être pas à la bonne place (c’était effectivement mon cas). Il faut donc se poser encore une fois les bonnes questions mais en premier lieu, se trouver un objectif. Donc d’un point de vue Coaching :

  • Au niveau de l’environnement : Que dois-je instaurer (changement de routine, peut-être même de travail car trop pris, trop au téléphone en présence de l’enfant ? etc.) Est-ce que mon travail ou ma vie personnelle me prend toute mon énergie, pouvant affecter mon style parental? Quel changement pourrais-je apporter pour garantir un meilleur style de vie dans ma famille ?
  • Au niveau des comportements : Qu’est-ce que je fais? (passé plus de temps avec mon enfant, être plus présent ? Oui mais comment ? Qu’est-ce que mon enfant aime faire ? Est-ce que mon comportement et les actions sont en harmonie avec qui je suis, avec mes valeurs dans mes futures décisions? Quelle sera ma première action à faire aujourd’hui quant au changement de demain?
  • Au niveau des capacités : suis-je assez fort(e) mentalement, psychologiquement et physiquement pour passer au travers des changements que je veux faire? Quelles ressources, aptitudes ou forces ai-je de besoin pour m’aider dans ce changement? (qu’importe le processus de changement dans votre vie).
  • Au niveau des croyances et des valeurs : qu’est-ce qui est important pour moi, pour ma famille? Est-ce que «la famille» fait partie de votre première valeur ? Est-ce le travail votre première valeur ?, c’est ce qui fait peut-être en sorte que vous y portez plus attention ?
  • Au niveau de l’identité : quelle est l’image que je me fais de moi-même?
  • Au niveau du sens de la vie : quelle image je veux laisser à mes enfants?

Et surtout, rappelez-vous que quel que soit votre style parental, donnez-vous la chance de changer et d’avancer dans le non jugement. Car tout comportement est soit appris ou modélisé selon vos expériences de vie avec les outils que vous avez appris avec le temps.

Donc, encore une fois, se donner la chance de changer pour le mieux c’est se donner la chance de vivre pleinement qui l’ont est, avec courage et sagesse.

Si vous rencontrez des difficultés pour répondre à certaines de ces questions, un coach en PNL peut vous accompagner. Votre enfant pourrait aussi bénéficier de l’aide pour se départir de comportements ou croyances qui découlent de votre propre style parental. N’hésitez pas à consulter au besoin.

Faites-le pour vous… et pour vos enfants!